ANDY SUMMERS, Le son de The Police !

Les signatures de ANDY SUMMERS

La Martin Andy Summers - christies
Mais aussi la Martin Andy Summers !

Les guitares de ANDY SUMMERS

Andy Summers possède une collection de guitares hallucinante. Nous ne citerons donc pas tout ici.
Cependant, le son de The Police est surtout le fruit de deux instruments : la mythique Fender Telecaster rouge de 1963 et une seconde Telecaster des sixties aussi. Son deuxième instrument favori est une Fender Stratocaster de 1955. Mais, il possède encore une Stratocaster de 61, une Les Paul Custom 59, une Les Paul Junior de 1956 et une Gibson ES 335. Enfin, il utilise aussi un modèle conçu pour lui par Hamer qui est une combinaison de Gibson Explorer et de Les Paul.
Voici donc une petite partie de la collection d’Andy (notez qu’il a énormément de classiques de luthiers) :
  – Benedetto Cremona et Manhattan Sitar,
  – Corail,
  – Cort SJ5,
  – Stratocaster,
  – Dobro,
  – Jaguar et Esquire,
  – Guitarman Electrique 12 Cordes,
  – Klein,
  – Rickenbacker,
  – Roland GR303,
  – Taylor,
  – Rick Turner,
  – Yamaha APX,

Les amplis de ANDY SUMMERS

On sait qu’Andy utilise différents types d’amplis, mais les détails sont durs à dénicher. Des Marshall, bien entendu mais aussi des Fender Twin Reverb ou encore un Roland JC 120. Il joue en stéréo, ce qui lui permet de profiter à fond des chorus et autres delay.

Pour obtenir un son au plus près de celui de Summers, on peut utiliser un Marshall avec deux canaux. Avec du gain sur le canal clean et une EQ un peu agressive, on approche du son Telecaster même si on utilise une Strato. Pour le canal saturé, overdrive de rigueur.

Les effets de ANDY SUMMERS

Concernant ses effets, Andy en est fan. C’est un très grand créateur plan sonore. Ainsi, il a une collection aussi impressionnante d’effets que de guitares. Parmi ceux-ci, on note des crunch, overdrive, phaser, flanger, beaucoup de chorus et delay.

Le chorus permet d’identifier immédiatement le son Summers. Il contribue beaucoup à la popularisation de cet effet en en faisant l’effet number one d’une bonne partie des années 80. Il affectionne tout particulièrement les chorus TC Electronics. L’autre effet majeur est le delay qui est de tous les types, la stéréo étant omniprésente. Les distos sont plutôt obtenues à l’ampli. Enfin, pour la réverbe, il est un grand amateur de PCM Lexicon.

Celui qui crée le riff de "Every Breath You Take" en une seule prise avec sa Fender Stratocaster de 61, c'est lui, c'est Andy Summers ! Avec son groupe The Police, ils restent encore de nos jours à la tête de nombreux records. Sa carrière solo, bien que plus confidentielle, démontre cependant pleinement l'étendue de ce guitariste hors-pair !

Maintenant que vous avez examiné son matériel, Sounds-Finder vous propose de découvrir le parcours de ce musicien so british !

Des débuts en musique précoces

Andrew James Summers nait le 31 décembre 1942 à Poulton-le-Fylde en Angleterre. Très tôt, il prend des cours de piano pendant plusieurs années puis enchaîne avec la guitare jazz. Ses influences lui viennent de la musique pop-rock britannique.

Andy commence sa carrière à 15 ans avec l'orchestre du Grand Hôtel de Bournemouth. D'ailleurs, Robert Fripp lui succède quelques mois plus tard. Un an après, il monte à Londres une fois repéré par Zoot Money pour jouer du rythm’n blues avec son groupe Zoot Money Big Roll Band.

En jouant au club Flamingo tous les soirs, il rencontre Eric Clapton, Jeff Beck, Jimmy Page, Brian Jones et Soft Machine. En 1966, Andy est même le premier guitariste à rencontrer Jimi Hendrix en Angleterre !

L'année suivante, c'est l'arrivée de la mode psychédélique en Angleterre, alors le groupe se laisse pousser les cheveux et est rebaptisé Dantalian’s Chariot. Mais, suite à un accident et une rééducation de plusieurs mois pour Andy, Zoot recrute un nouveau guitariste.

La fin du premier groupe

Il rejoint alors Soft Machine pendant 3 mois et part en tournée aux USA avec eux. En 1968, Andy est engagé par Eric Burdon avec The Animals et enregistre l'album « Love Is ». Mais, rapidement, le groupe est dissout.

Il s’installe alors pendant 5 ans sur la côte ouest des USA. Il s’inscrit alors à l’université pour apprendre la guitare classique pendant 3 ans tout en donnant des cours. Il rentre en Angleterre en 1973 avec une carrière au point mort.

Avec Robert Fripp, il trouve quelques boulots, notamment pour le spectacle The Rocky Horror Picture Show et dans le groupe de David Essex. En 1975, Andy participe aux albums « Matching Head And Feet » de Kevin Coyne et à « Sarabande » de Jon Lord.

Le début d'une carrière à records avec The Police...

Fin 1976, il est engagé sur la tournée de Mike Oldfield. Il tourne ensuite avec Kevin Ayers et retrouve Zoot Money. Andy rencontre Sting et Stewart Copeland grâce à Mike Howlett, le bassiste de Gong. Ils montent alors un groupe nommé Stromtium 90’ qui donne un concert le 28 mai 1977 et cesse son activité.

Il intègre The Police et Henry Padovani quitte alors le groupe face au talent déjà impressionnant d'Andy. Il reste membre du groupe de 1977 à leur dernier album en 1983. A cette période, il commence à s’initier à la photographie et sera exposé en 1984.

Parallèlement à toutes ces activités, il participe à un album en duo avec Fripp en 82 pendant l'année sabbatique de The Police.

En 1986, il entame sa carrière solo et enregistre avec David Hentschel « XYZ ». Cependant, l'album sort en 1987 à cause de la compilation de The Police. Cette même année, les tensions entre Sting et Stewart Copeland font casser le groupe et il est réputé que le flegme de Summers permet de calmer ces tensions pour aller jusque au bout de l'aventure. L'année suivante sort « Mysterious Barricades », un album très new age.

...et des albums solos magnifiques

En 1989, Andy sort « The Golden Wire » qui est un tournant dans sa carrière solo car mêlant le new age, le rock, le jazz et le classique. Un an après sort « Charming Snakes » avec Herbie Hancock, Bill Evans et la contribution de Sting à la basse.

L'année 1991 voit l'album « Synaesthesia » sortir et montrer tout le talent d'Andy. 5 ans après, il participe à « Twang ! A tribute to hank Marvin and The Shadows » avec Mark Knopfler, Ritchie Blackmore, Brian May, Tony Iommi, Peter Green, etc.

En 1997 sort « The Last Dance Of Mr. X ». L'année suivante, Andy enregistre l'album acoustique en duo avec Victor Biglione « Strings Of Desire » puis « Splendid Brasil » en 2005.

Ces albums sont suivis d'autres, comme l'hommage à Thelonius Monk, « Green Chimneys : The Musics Of Themonious Monk » en 1999. Puis vient « Peggy’s Blue Skylight » en hommage à Charles Mingus en 2000.

Du travail, sans arrêt...

En 2004, Andy revient à ses albums solo avec « Earth&Sky ». S'ensuit la reformation de The Police avec une série de concerts en 2007-2008 puis une tournée qui sera la 3° plus lucrative de tous les temps ! En 2013, Andy forme le groupe Circa Zero avec Rob Giles et s'enchaînent alors une tournée et un album « Circus Zero » en 2014.

3 ans plus tard, il forme Call The Police, un groupe hommage avec 2 musiciens brésiliens.

Il est à noter qu'Andy Summers n'est pas que musicien. Écrivain et photographe, il sort son premier livre « Throb » en 1983, et son autobiographie, « One Train Later : A Memoir », en 2006 . En 2007, il publie un journal photographique de ses années The Police, « I’ll Be Watching You ».

Quelques chiffres

Avec Andy Summers, les chiffres sont révélateurs de son travail. En effet, sa carrière c'est 21 albums studio, 15 albums solo, 8 albums collaboratifs et 5 BO de films ! Et, avec The Police, c'est 80 millions de disques vendus en 12 albums !

Andy a remporté 2 Grammy Awards en 1979 et 80 et est intronisé au Rock And Roll Hall Of Fame en 2003. Il est nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 2007. Il reçoit un Doctorat Honorifique de la Bournemouth University en 2008. Il entre au Temple de la Renommée par le magazine Guitar Player et reçoit le Prix Guiding Light Progessine Music Awards en 2016. Il est classé 85° guitariste de tous les temps par Rolling Stone et reçoit le Prix d’Excellence pour l’ensemble de sa carrière par Gibson Guitar Awards en 2000 ainsi que le Prix pour l’ensemble de ses réalisations par Roland et Boss en 2017.

En conclusion...

En tant que membre de The Police, Andy crée un son de guitare qui marque, qui s'appuie fortement sur l'effet de chorus. Il explique en 2017 comment ce son est né :

"Je l'ai créé en quelque sorte par nécessité ; ma mission était "nous allons jouer deux heures chaque soir en trio", donc je voulais avoir ce son de guitare fantastique et coloré qui soit différent pour chaque chanson. Alors, J'ai utilisé l'Echoplex, puis un chorus, et quelques autres pédales… des filtres d'enveloppe. Au fur et à mesure, j'ai acquis plus de trucs et j'ai obtenu une planche Pete Cornish. Mais ce qui la poussait, c'était d'envahir et de pousser le bord de ce que la guitare était censée sonner et le rendre vraiment intéressant au cours d'un spectacle. Donc, ce n'était pas qu'un seul son tout le temps. Je pouvais le déplacer. Et il a été apprécié par des millions de personnes (rires). Bien sûr. , c'est très fatigué et un peu "rétro" maintenant ; je n'y suis plus très attaché. Mais à l'époque, c'était nouveau, frais et excitant".

Côté technique, le palm muting est une véritable forme d’art et une marque de fabrique du style Summers. Son autre force se retrouve dans sa connaissances des gammes et des harmoniques.

Sounds-Finder tient à remercier jjrebillard.fr pour les renseignements précieux fournis sur cet artiste.

Le son en vidéos de ANDY SUMMERS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.