PETER GREEN, créateur des Fleetwood Mac

Les signatures de PETER GREEN

Gibson Les Paul '59 Signature Peter Green - Pinterest
Pour avoir le son de Peter Green, vous devez avoir la Gibson Les Paul '59 Signature Green !

Les guitares de PETER GREEN

Au début de sa carrière, Peter Green joue avec une Harmony Meteor.

Au sein des Fleetwood Mac, Green joue avec une Stratocaster et sa célèbre Gibson Les Paul de 1959, surnommée « Greeny ».

Cette guitare possède un son spécial car son micro manche est doublement inversé. En effet, les vis de réglage sont axées côté chevalet au lieu de l’être côté manche.

En outre, les aimants sont aussi rembobinés à l’envers. Et tout ça est réalisé par un réparateur peut-être pas assez « calé » dans son domaine, mais qui créé là la plus belle bourde instrumentale de l’histoire de la guitare. Lorsque les deux micros sont utilisés ensemble, ce micro inversé diffuse un son hors-phase très singulier.

Peter Green vend cet instrument à Gary Moore pour 110 livres. Plusieurs histoires existent sur cette vente. Mais, ce dernier la revend à une entreprise spécialisée dans le rachat d’instruments de collection pour 300 000 livres en 2006. C’est maintenant Kirk Hammett qui la possède.

Gibson créé un modèle « Collectors Choice » dans son cutsom shop, basé sur cette guitare.

Peter reprend cette Les Paul en 2009, 20 ans après l’avoir abandonnée.

Il utilise aussi une Fender VI puis une Gibson Howard Roberts Fusion

 

Les amplis de PETER GREEN

Avec les Fleetwood Mac, Peter Green joue avec des amplis Orange Matamp et Fender Dual Showman Reverb.

 

Mais il joue également avec des amplis Vox AC-50 et Vox T-60.

C'est avec beaucoup d'émotions que votre webzine Sounds-Finder vous propose aujourd'hui un article sur le guitariste Peter Green, décédé ce 25 juillet 2020. Avec une carrière si discontinue, peu de gens le citent alors que tous connaissent ses morceaux. Voyons donc quelle est cette vie décousue et le matériel qui a permit un jeu si particulier et si talentueux.

Des débuts très prometteurs

Peter Allen Greenbaum nait le 29 octobre 1946 à Londres. A 11 ans, il reçoit son premier instrument et l'apprend en autodidacte. Il démarre 4 ans après sa carrière professionnelle à l'âge de 16 ans.

En 1966, il débute  au sein du groupe Peter B’s Looners formé par Peter Bardens. Ensemble, ils sortent un single, mais l'aventure prend rapidement fin.

John Mayall invite alors Peter à remplacer Eric Clapton dans les Bluesbreakers avec lesquels il enregistre "A Hard Road" et reste un an. C'est à ce moment qu'il fait la rencontre de Mick Fleetwood.

Pendant ces annés, Peter apprend à peaufiner son jeu de guitare et celui du banjo. Son chant se perfectionne également et le prépare au succès à venir.

Les Fleetwood Mac

En septembre 1967, il quitte Mayall et fonde le groupe Fleetwood Mac avec Mick Fleetwood et John McVie. Pendant trois ans, le band devient un groupe majeur de la scène rock et blues qui rejette le R&B de cette époque.

Peter Green compose « Black Magic Woman » avec son style si fluide et inspiré par Howlin ‘Wolf. Plusieurs des morceaux créés à cette époque sont repris par d'autres musiciens célèbres tels que Santana, Aerosmith, Status Quo, Judas Priest, etc.

Cependant, en plein apogée du groupe, en 1970, sa santé mentale devient inquiétante. Les sept albums enregistrés et les tournées démontrent à Peter son succès, ce qu'il vit mal. Sa personnalité complexe et le LSD le rendent schyzophrène et même la religion ne l'aide pas.

Une carrière tumultueuse

En Mai 1970, il quitte le groupe pour enregistrer un album solo instrumental « The End Of The Game ».  Sa folie le pousse alors à vendre tous ses biens et à cumuler les jobs comme fossoyeur.

Peter Green revient sur le devant de la scène, en 1979, avec l’album « In The Skies » que la critique en général salue. Malgré ses multiples internements psychiatriques, Peter arrive à enregistrer sept albums puisqu'il ne cesse jamais de travailler. Ces opus sont appréciés de façons diverses par la critique et le public. Ce qui n'aide pas sa dépression.

Un retour plus sain

Au milieu des années 90, Peter fonde Splinter Group dans lequel il joue un soft blues de qualité très remarqué par la critique comme le public . Ce dernier est très partagé puisque Green ne chante plus et n'est plus le guitariste soliste. Mais avec eux, il enregistre tout de même dix albums.

Le groupe se sépare en 2004 et Peter continue de travailler en solo et enregistre avec d'autres musiciens célèbres.

En 2008, une compilation de son travail sort et plusieurs concerts de promotion sont organisés en 2009 avec la formation Peter Green And Friends. Dans ce groupe, il reprend sa place de soliste mais avoue avoir beaucoup perdu de technique.

Une fin de vie plus tranquille

Peter Green décède entouré de sa famille, à 73 ans, paisiblement, le 25 juillet 2020 à Canvey Island, en Angleterre.

Beaucoup de musiciens lui rendent alors hommage comme Kirk Hammett de Metallica : "Aucun mot ne peut décrire comment je me sens maintenant, Peter Green vivait à travers sa musique et son instrument, notre perte est totale".

Gary Moore, Joe Perry et Andy Powell se disent influencés par ce guitariste. Lorsque Peter enregistre avec B.B. King, ce dernier explique : « Il a le ton le plus doux que j’aie jamais entendue ; il était le seul qui m’a donné les sueurs froides ».

Peter Green, au sein des Fleetwood Mac, est intronisé au Rock And Roll Hall Of Fame en 1998.

Le magazine Rolling Stone le classe 58° dans son classement des 100 meilleurs guitaristes de tous les temps.

Voyons à présent quel est le matériel de guitar-hero regretté...

Le son en vidéos de PETER GREEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.