ROBERT FRIPP, entre King Crimson et bien d'autres créations

Les guitares de ROBERT FRIPP

Robert Fripp joue avec beaucoup d’instruments, aussi cette liste n’est-elle peut-être pas exhaustive. Evidemment, si vous en connaissez d’autres, de source sûre, indiquez le nous !!

On lui connait l’utilisation de sa célèbre Les Paul Custom 59, mais aussi d’une Fernandes Goldtop Custom, d’une Gibson J-45, d’une Ovation 1969 Custom et d’une Les Paul avec un tremolo.

On sait également qu’il joue avec une Fernandes Sustainer dotée d’un micro chevalet House of Tone 45 et d’un pont vibrato Kahler à montage plat.

Mais il joue aussi avec un Mellotron MkII, du Mellotron M400et du Hohner Pianet!

Les amplis de ROBERT FRIPP

Concernant ses amplis, son parcours dans diverses formations l’a obligé à en utiliser de toutes sortes…

Nous savons cependant qu’il joue sur Hiwatt DR103, Fender Silverface, et Roland JC-120 Jazz Chorus.

Les effets de ROBERT FRIPP

Fou de bon son comme l’est Robert Fripp, ses effets sont aussi très nombreux et variés, en voici quelques-uns : le synthétiseur de guitare Roland G-808, le Eventide H3500 Ultra-Harmonizer, le système d’effets multicanaux Eventide H8000FW, le processeur multi-effets Eventide Eclipse, le Revox A77, le Fractal Audio Axe-Fx 2 XL+ et le MOTU 828 MK1.

Créateur et seul membre permanent de King Crimson, Robert Fripp est avant tout un inventeur. Durant sa prolifique carrière, il crée des sonorités nouvelles ce qui lui offre de nombreuses et fortes rencontres musicales. Il est guitariste, compositeur, claviériste, producteur de disques et prof de guitare. Rien que ça ! Sounds-Finder vous propose ici de vous donner un peu plus d'explications sur la vie et le matos du père du rock progressif.

Il est classé 62° des 100 plus grands guitaristes de tous les temps par Rolling Stone et 47° sur les 50 meilleurs guitaristes de Gibson de tous les temps.

Robert Fripp nait le 16 mai 1946 à Wimborne Minster, en Angleterre. Il reçoit sa première guitare à 10 ans et commence les leçons. A 11 ans, il joue du rock, puis du  jazz traditionnel à 13 ans et du jazz moderne à 15 ans. En 1961, il rejoint The Ravens qui se séparent un an après. Il entre alors dans un groupe de jazz, The Douglas Ward Trio et joue dans un hôtel. Ensuite, il passe au groupe The League Of Gentlemen, au milieu des années 60. Pendant 3 ans, il joue du light jazz au Majestic Dance Orchestra. A 21 ans, il découvre le rock sur Radio Luxembourg.

Naissance de King Crimson

En 1967, Robert répond à une annonce des frères Giles, Michael le batteur et Peter le bassiste. Ils forment alors un trio appelé Giles, Giles & Fripp. De cette rencontre sort un album « The Cheerful Insanity Of Giles, Giles & Fripp » en 1968 qui obtient un petit succès.

Judy Dyble et Ian McDonald les rejoignent courant 68 avec Peter Sinfield et Greg Lake qui remplace Peter Giles. Ils prennent un nouveau nom : King Crimson.

Leur premier album, « In The Court Of The Crimson King » parait en 1969. Il rencontre un franc succès mais des envies différentes font partir plusieurs membres à la fin de leur première tournée américaine. La nouvelle composition est enfin stable en 1971, ce qui permet la sortie de « Islands ». Le groupe connait une nouvelle recomposition de ses membres et « Lark’s Tongues In Aspic »sort en 1973. Cet album est suivi de « Starless And Bible Black » en 1974 et  « Red » l'année suivante. Le groupe est finalement dissout. Fripp continue sa carrière solo, se définissant comme « une petite unité indépendante, mobile et intelligente ».

Une carrière pas si solo que ça

En 1973 déjà, il joue en dehors des King Crimson en travaillant avec Brian Eno et Van Der Graaf Generator en 1970 et 1971. Il produit aussi des albums pour le groupe de Robert Wyatt, Matching Mole, en 1972 et pour Keith Tippett. En 1975, Robert prend des cours à l’International Academy For Continuous Education pour étudier les œuvres ésotériques. Il fait également une courte tournée européenne.

Cette même année, il sort « (No Pussyfooting) » suivi de « Evening Star ». Ces 2 albums expérimentaux sont fondés sur un système de bandes passées en boucle élaboré par Eno appelé « Frippertronics ». C'est un système de retard de bande utilisant des machines à bande ReVox à double bobine. Ce système se retrouve dans ses albums « God Save The Quenn / Under Heavy Manners » en 1980 et « Let The Power Fall » l'année suivante.

En 1976, il joue caché pour la tournée de Peter Gabriel sous le pseudonyme de Dusty Rhodes. Ce dernier explique alors : « Robert est particulièrement habile à garder les choses fraîches, et j'aime beaucoup ça. J'étais très intéressé par le côté expérimental de Robert; cela correspondait exactement à ce que je voulais faire sur ce deuxième disque… Il y a deux solos (Fripp) : l'un sur 'On the Air' et l'autre sur 'White Shadow'. Et puis il joue sur «Exposure». Il donne la couleur à ce morceau, étant responsable à 50% de sa construction. Et il joue aussi de la guitare classique ici et là. C'est un musicien que j'admire beaucoup, car il est l'un des seuls à mélangez discipline et folie avec tant de talent. ».

De multiples collaborations

Il collabore avec Blondie, Talking Heads, Eno, Peter Hammill, David Bowie et Phil Collins entre autres. En 1977, il contribue à l'enregistrement de l'album "Heroes" de David Bowie sur lequel il enregistre toutes ses lignes solo en une seule journée.

Le jeu de Fripp est une fusion entre la musique classique et des influences de jazz (qui se révèlent dans le phrasé, dans les choix mélodiques et harmoniques). C'est aussi une recherche constante de nouvelles techniques concernant le traitement électronique du son. D'où vient justement le système Frippertronics, basé sur le passage du son de la guitare sur un anneau de bande magnétique qui passe à travers deux enregistreurs bobines ReVox couplés. Ainsi, il peut créer des tapis polyphoniques complexes en constante métamorphose. L'évolution de cette technique est Soundscapes, où les magnétophones cèdent la place au retard (delay) numérique.

Les compositions de Fripp comportent souvent des signatures de temps inhabituelles, influencées par traditions classiques et folkloriques.

En mars 1980, Robert fonde un nouveau groupe avec Barry Andrews, Sara Lee et Johnny Toobad, c’est le retour de The League Of Gentlemen. Avec eux, il réalise 77 concerts en Amérique Nord et en Europe. Ils enregistrent également un album, « The League Of Gentlemen » en 1981. Et, encore une fois, le groupe se dissout.

Et un nouveau groupe, un !

Qu'importe, il en remonte un avec Bill Bruford, Adrian Belew et Tony Levin. Il s’appellent alors les King Crimson et publient 3 albums : « Discipline » en 1981, « Beat » en 1982 et « Three Of A Perfect Pair »en 1984. En même temps, Fripp enregistre deux albums avec le guitariste de The Police, Andy Summers, il s'agit de « I Advance Masked » en 1982 et « Bewitched » en 1984.

Deux ans plus tard, il crée un album avec sa nouvelle femme « The Lady Or The Tiger ». Il enchaîne avec « Kneeling At The Shrine » en 1991. Puis, en 1992, il part en tournée avec David Sylvian d’où viennent les albums « The First Day » en 1993 et « Damage : Live » en 1994. C'est cette année-là qu'est mise à jour la technique Frippertronics qui crée des boucles utilisant la technologie numérique au lieu de bandes analogiques. De cette évolution, Fripp sort un certain nombre de disques qu'il a appelés "Soundscapes".

A partir de 1985, il donne des cours. Ses ateliers « Guitar Craft » pour débutants comportent des leçons de guitare et de développement de soi. Il prodigue ses cours avec un accordage singulier, le « New Standard Tuning », basé sur l'accordage en quintes avec la tierce mineure entre les cordes les plus aigües : do-sol-ré-la-mi-sol (CGDAEG) pour offrir une plus grande tessiture. Plusieurs albums sont enregistrés avec ses élèves sous le nom de The League Of Crafty Guitarists dont « The League Of Crafty Guitarists » en 1995.

Le retour de King Crimson

King Crimson renait en 1994 avec deux guitaristes (Fripp et Belew), deux bassistes (Levin et Gunn) et deux batteurs (Bruford et Mastelotto). De cette formation parait l’album « THRAK » en 1995.

L'année 1997 marque le début des ProjeKcts. Il s'agit de formations rassemblant une partie des membres du groupe pour jouer sur scène de manière improvisée. Plus de quatre ProjeKcts se produisent entre 97 et 99. En 2000, l'album « The ConstruKtion Of Light » sort, suivi par « The Power To Believe » en 2003.

En 2006, Robert compose les sons du système d’exploitation de Microsoft, Windows Vista, réutilisés pour Windows 7.

En 2011, c'est l'album « A Scarcity Of Miracles » qui sort avec Mel Collins. En 2012, lors d'une interview, Fripp annonce sa retraite en tant que musicien, écoeuré par l’industrie musicale. Mais, 2 ans après, il reforme King Crimson.

Aujourd'hui, Robert Fripp, c'est 20 albums solo, 14 avec ses divers groupes, mais 13 avec King Crimson et plus de 700 publications officielles.

Le son en vidéos de ROBERT FRIPP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.