STEPHEN STILLS, le Captain Manyhands

Avec ses 14 albums en solo, ses 3 avec les Manassas, 5 avec les Buffalo Springfield et 17 avec les Crosby, Stills, Nash and Young, Stephen Stills est vraiment un artiste prolifique. Beaucoup moins connu ses dernières années, il a été une sommité de la guitare pendant des décennies.

A présent, Sounds-Finder va vous faire découvrir l'histoire de cette âme qui s'est égarée par amour pour une française et qui est revenue par amour de la musique.

Enfance routarde

Stephen Arthur Stills nait le 3 janvier 1945 à Dallas. Son père étant ingénieur dans les charpentes, il est souvent muté à l'étranger et son fils parcourt les USA et l'Amérique Centrale à ses côtés. Il en revient avec la passion pour les musiques latines, folk et le blues. Il étudie très jeune le piano puis découvre la batterie et enfin, la guitare.

Il est batteur dans son premier groupe, The Radars qui joue là où Stills est inscrit à l’académie militaire, en Floride.

A 15 ans, il rencontre Don Felder et ils créent The Continentals. Sans le sou, Stills accepte une offre pour entrer dans une chorale folk qui sera son 1° groupe à sortir un album, « Au Gogo Singers », qui compte 9 membres dont Richie Furay. Cette formation devient un groupe de folk/rock, « The Compagny » qui part en tournée au Canada où ils rencontrent Neil Young.

Des amitiés à vie

En 1966, Stills convainc Furay et Neil Young de partir avec lui en Californie pour fonder un groupe de rock. C’est le départ du groupe Buffalo Springfield. Le succès débute sur trois albums : "Buffalo Springfield", "Buffalo Springfield Again" et "Last Time Around".

Le groupe se sépare, Stills enregistre alors l’album « Super Session » avec Al Kooper. Il rencontre David Crosby qui lui présente Graham Nash. Le groupe Crosby, Stills, Nash and Young (CSN & Y) naît de ses nouvelles amitiés puisque Neil Young les rejoint parfois. Mais Buffalo Springfield continue tout de même à se produire en public en 67 et 69.

Stephen Stills explique sur cette époque : « Nous étions dans le studio en train d’enregistrer l’album CSN. David Crosby était tout feu tout flamme pour dire que ça allait être le disque de l’année. Je lui ai répondu que non, que Saturday Night Fever que les Bee Gees enregistraient dans le studio d’à côté, allait être l’album de l’année 76. C’était monstrueux ce que j’entendais. Par curiosité, je suis allé leur rendre visite et je me suis retrouvé à faire les percussions sur "You Should Be Dancing". Ça a été mon seul single de platine. ».

Il joue dans le même temps avec Jimi Hendrix sur l’album "Both Sides Of The Sky". Mais, Stills veut à présent jouer en solo.

Une envie de solo

Son premier album, « Stephen Stills » sort en 70 et est une réussite. Pour ce faire, il bénéficie de l’aide de Clapton, Ringo Starr, John Sebastian, David Crosby et Graham Nash ainsi que celle de Jimi Hendrix à qui il dédie le disque. Stills propage un message contestataire repris notamment à Woodstock.

Par contre, l’album suivant, « Stephen Stills 2 » déçoit le public. Alors, en 1972, Stills crée Manassas avec Chris Hillman, Al Perkins, Joe Lala, Dallas Taylor et Calvin Samuels.

Cette formation engendre un double album qui a beaucoup de succès et constitue un chef d’œuvre de la musique West Coast. On y retrouve du rock n’ roll haut de gamme, du folk, de la country, du latin rock et du blues. On y trouve également des hommages à Jimi Hendrix et Duane Allman.

Lors de la tournée de cet opus, il rencontre et épouse la chanteuse française, Véronique Sanson. Le groupe se dissout en 1973 à force de problèmes d’ego entre Stills et Young.

Quand l'âme se perd...

Stills traverse ensuite une période difficile due à ses addictions à l’alcool et aux drogues ainsi qu'à son divorce avec la chanteuse. Neil Young lui vient en aide et propose un nouvel album. Ils fondent alors The Stills-Young Band.

En 1976, ils enregistrent « Long May You Run » mais ils sont en désaccord du fait du contrat de Young qui implique qu’il joue avec ses propres musiciens. En outre, les égos et prises de drogues abusives ne leur permettent pas de continuer. Stills enchaîne cependant les enregistrements de disques solo parfois accompagné de ses compères, Nash, Crosby et Young.

Son album « Illegal Stills » de 1976 démontre qu’il est toujours dans ses addictions et qu’il entre dans une phase de déchéance. Seulement trois albums suivent dans les années 80 et 90 : "Right By You" en 1984, "American dream"en 1988 et "Stills Alone" en 1991. Ces années 80 sont les plus dures pour Stills qui les subit plus qu’il ne les vit.

...Elle peut revenir plus forte !

En 1992, Stills participe à l’album « Partners » avec, entre autres, Ry Cooder.

Il effectue cependant une tournée européenne où Véronique Sanson et son fils, Christopher Stills, le rejoignent sur la scène de l’Olympia alors qu’il est remarié et va mieux. Il enregistre d’ailleurs « Looking Forward » en 1999, « Turning Back The Pages » en 2003, « Man Alive ! » en 2005 et « Just Roll Tape » en 2007.

En 2011, Buffalo Springfield se reforme pour une tournée. En 2013, Stills forme The Rides avec Kenny Wayne Sheperd et Barry Goldberg. S’en suivent deux albums, « Can’t Get Enough » en 2013 et « Pierced Arrow » en 2016.

Déterminé et en bonne santé, Stills fait maintenant attendre ses fans pour la reformation de CSN & Y.

A présent, accompagnez Sounds-Finder voir un peu ce qui se cache dans la malle à jouets de ce Captain Manyhands !

Les guitares de STEPHEN STILLS, le Captain Manyhands

Stills joue avec un grand nombre de guitares. Approchons nous d’un peu plus près de tout cela…

– La Fender Stratocaster : En 2012, Stills explique : « Aujourd’hui, c’est une Strat. J’ai deux Strats ’54 que je joue en live. Elles sont plus légères et elles sont plus faciles. Quand vous débutez, elles peuvent faire mal. Elles vous font mal aux doigts. Mais quand vous travaillez avec eux et que vous vous y habituez, elles sont les meilleurs. Elles ne sont pas encombrantes. »

 

– La Martin D-45

– La Gibson Firebird I en 1974

Les amplis de STEPHEN STILLS, le Captain Manyhands

Lors d’une interview, Stills parle de son « Bois » pour évoquer son ampli. Nous pensons donc qu’il a utilisé un Bassman à caisse bois.

Cependant, que ce soit pour ses amplis comme ses effets, personne n’est sur de rien. On compte sur vous si vous pouvez nous éclairer !!

Le son en vidéos de STEPHEN STILLS, le Captain Manyhands

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.