JAMES BURTON, influenceur et génie de la guitare

James Burton est né le 21 Août 1939 en Louisiane. Ses parents lui achètent sa première guitare acoustique. Sa deuxième guitare, également acoustique, vient d'un magasin J&S Music à Shreveport où il voit pour la première fois la Fender Telecaster '53 et sait que c'est LA guitare qui est faite pour lui.

Naissance d'un génie

A 14 ans, il est guitariste dans un groupe de Louisiane puis joue avec Bob Luman avec qui il compose « Suzie Q », chantée par Dale Hawkins. C’est lui qui trouve le fameux riff construit sur l’accord de Mi 7ème et la penta mineure de MI. Il racontera à ce sujet :"La country music et le R&B. C'est du mixage de ces deux styles qu'est né le rockabilly. Quand j'ai composé le riff de «Suzie Q» enregistré avec Dale Hawkins, j'étais très influencé par Lightnin Hopkins et Howlin Wolf, mais sans les copier. J'avais juste 15 ans. Trop jeune pour penser business, je n'ai pas été crédité en tant que compositeur et je n'ai donc jamais perçu de royalties. Dommage, quand on pense aux ventes réalisées par les Rolling Stones ou Creedence Clearwater Revival. Forget it, c'est du passé".

Une expérience qui vaut son pesant d'or

James va à des concerts professionnels, des clubs de travail et des soirées privées. Il sèche l'école juste pour pouvoir jouer de la guitare. Il accompagne ensuite Ricky Nelson jusqu’en 65 avec qui il sort 4 albums puis part auprès d’Elvis. James reste avec lui 4 ans pendant lesquels il sort 2 albums solo.

Considéré comme le guitariste d’Elvis Presley de 69 à la mort de ce dernier en 77, James Burton participe sur 15 albums avec lui. Il joue toujours avec ses musiciens.

Ses influences d'alors sont Chet Atkins, Chuck Berry, Bo Diddley, Elmore James, Lightnin 'Hopkins, etc.

Elvis raconte à James comment il regarde toujours le spectacle d'Ozzie et Harriet juste pour le voir jouer. Ce n'est pas surprenant qu' Elvis le rappelle en 69 pour monter un groupe pour ses fiançailles à Las Vegas. C'est alors une décision très difficile à prendre, car sa carrière en studio est très prenante et très lucrative. Burton a déjà refusé une offre de Bob Dylan de partir en tournée. Les sessions sont généralement réservées trois mois à l'avance, donc Presley donne à Burton quelques mois pour réunir le groupe.

Quand des anges croisent sa route

Afin de se rapprocher le plus possible du son d’une pedal-steel et pour faciliter les bends, il se sert des cordes de La et de Ré du banjo pour remplacer, respectivement les cordes de Mi (grave) et de Ré de la gratte. Pour ce qui est de la main droite, il se sert d’un médiator traditionnel et d’un fingerpick sur le majeur. Ce qui contribuera largement à ce chicken-picking reconnaissable entre mille !

De 1957 à 1966, il joue avec Ricky Nelson avec qui il sort 5 albums.

En 1965, James reçoit un appel de Johnny Cash pour jouer sur un pilote de télévision pour une nouvelle émission musicale appelée "Shindig".

James Burton fatigue à cause du travail qu'on lui demande de fournir : "Parfois, je me sentais comme un zombie qui marche, mais tous les différents styles ont gardé la musique intéressante."

Il joue également avec Dean Martin, Bobby Darin et The Everly Brothers.

En 1969, il crée 1 album avec Steve Young et un autre avec Arlo Guthrie.

Les années 70, années folles

Les années 72-73 le voient jouer avec Gram Parsons et en sortir 2 albums.

De  1976 à 1981, il créé 3 albums avec Emmylou Harris.

La mort de Presley est un choc pour James, du coup, il plonge dans le travail de session. Peu de temps avant ce décès, Burton reçoit un appel de John Denver. Il veut faire un show télé spécial avec lui. Pendant l'enregistrement, Denver demande s'il veut faire une tournée européenne, mais parce que James est toujours avec Elvis, cela ne se produit jamais. Il reste avec Denver pendant 15 ans. Lorsque John est décédé en 1997, James est conférencier à ses funérailles.

En 1978, The TCB Band, le groupe de sauvegarde de Presley, enregistre un album, intitulé «The TCB Band». Chaque membre chante quelques chansons sur cet album. Malheureusement, cet album n'est jamais sorti.

En '79, Burton enregistre un album avec Jerry Lee Lewis, une autre collaboration qui durera des années.

Une carrière sur des décennies

En 1987, Roy Orbison enregistre un show télévisé très acclamé, qui est étonnamment filmé en noir et blanc. Le TCB Band d'Elvis Presley est le groupe de secours avec, bien sûr, James en tête. Les autres invités sont, entre autres, Elvis Costello, Bruce Springsteen et Tom Waits. «Ce n'est pas tous les jours que vous chantez en harmonie avec Roy Orbison et jouez de la guitare à côté de James Burton. C'est un rêve », a déclaré Springsteen après le spectacle.

La Fondation James Burton soutient l'éducation musicale. Elle donne des guitare et des cours de musique aux écoles, hôpitaux et organismes de services communautaires.

Dans les années 80, James Burton joue avec John Denver, J.J. Cale ( 1 album en 81), Elvis Costello (1 album en 86), Roy Orbison (1 album en 87), et Jerry Lee Lewis (3 albums entre 79 et 2010).

Les années 90, productives !

En 1995, James est paralysé de la main droite, victime d'une crise cardiaque. Cependant, il peut rejouer de la guitare puisqu'il est opéré correctement.

En 2003, on le voit jouer avec Franck Michael à l’Olympia, en France.

Le style de jeu de Burton a toujours été très distinct. Il utilise une pioche droite. James remplace ses 4 premières cordes par des cordes banjo et déplace les cordes A et D vers D et E. Cela lui permet de beaucoup plus plier les cordes. Le légendaire chickin 'pickin' de James est né.

En 2001, il est sacré membre du Rock N’ Roll Hall Of Fame sur suggestion de Keith Richards. Ce dernier, guitariste des Rolling Stones et fan de longue date de Burton, a intrônisé James : «Je n'ai jamais acheté un disque de Ricky Nelson, j'ai acheté un disque de James Burton

Les années 2000

2005 voit la sortie du projet solo de James "God Loves You". Un album spirituel avec James à la guitare et au chant.
En mars 2007, le deuxième festival de guitare de James a lieu à Shreveport. Son travail de session a de nouveau porté ses fruits et James est intronisé au Temple de la Renommée des Musiciens en tant que membre du Wrecking Crew. James forme son propre groupe, qu'il intitule de manière appropriée "The James Burton Band". Son fils Jeff est le chanteur principal et en Mai 2008, ils font leurs débuts européens avec des spectacles en Hollande, en Belgique et en France.

Une carrière sans fin

En 2009, James remporte un Grammy pour la meilleure performance instrumentale country, avec Vince Gill, Steve Wariner, Redd Volkaert, Albert Lee, John Jorgenson et Brent Mason pour le morceau de Brad Paisley «Cluster Pluck». En août de la même année, James célèbre son 70e anniversaire avec un autre festival international de guitare pour recueillir des fonds pour sa fondation. Avant le grand spectacle du 22, James est intronisé au Louisiana Music Hall of Fame.

Eric Clapton a demandé à James de le rejoindre lors de son Crossroads Festival en 2010. James joue avec Sheryl Crowe, Albert Lee et bien d'autres, pendant l'événement, qui a ensuite été publié sur DVD.

Voyons ensemble, maintenant, quel est le matos de ce fou furieux de la gratte...

Les guitares de JAMES BURTON, influenceur et génie de la guitare

Dans la panoplie du grand James Burton, on compte (parmi d’autres) :

– La Gretch cutaway, mais une copie. Puis il eut une Stella et une Silvertone acoustique.

  – La Fender Telecaster ’53

 – La James Burton Telecaster qui rend hommage au guitariste légendaire. Ses caractéristiques comprennent :

  – un corps en tilleul avec une finition «ardente»,

  – un manche des années 60 en forme de U,

  – trois micros James Burton de conception spéciale,

  – une commutation Strat-o-Tele spéciale à cinq voies,

  – des tuners Fender / Schaller deluxe cast  scellés plaqués or avec boutons nacrés ou chromés noirs et ornements.

 – La Telecaster James Burton Standard

Lorsque James commence, il remplace ses cordes par des cordes de banjo. Il est le premier a le faire. James ne joue pas seulement avec un médiator pour guitare, mais il utilise également un bottleneck sur son majeur.

Cette belle Telecaster est spécialement sculptée pour James par Doug Rowell en 1972.

 – La Telecaster Pink Paisley

James est probablement le plus connu à avoir joué cette guitare. En 1969, il reçoit un appel de Fender. Quand il joue avec Elvis, James hésite un peu à jouer avec la Pink Paisley sur scène, car il pense que ça a l’air trop brillant. Mais les «gars» d’Elvis le poussent à jouer sur scène alors il le fait et Elvis adore.

L’une des trois guitares Paisley que James possède est exposée à Memphis.

– La James Burton Telecaster de 1991, basée sur la Pink Paisley de 1968, comprend un corps en peuplier, un manche en érable à 21 cases et des micros Lace Sensor en trois coloris différents: bleu (manche), argent (milieu) et rouge (chevalet).

Depuis 2006, cette guitare comprend un corps en acajou, trois micros Samarium Cobalt et le système S-1. Il existe aussi une version Standard mexicaine du style des années 1950 avec un corps en aulne au coloris Candy apple red, une plaque blanche à un pli, un manche érable à 21 frettes moyennes, des mécaniques Kluson traditionnelles et des micros Fender Texas Special.

La James Burton Standard Telecaster est une réplique exacte de l’instrument utilisé par Burton entre 1957 et 1968. Elle est l’un des premiers modèles « signature » qui sortent de l’usine mexicaine d’Ensenada en 1996.

Les amplis de JAMES BURTON, influenceur et génie de la guitare

James Burton explique : « Pour le studio, j’ai une préférence pour ma Telecaster, un ampli Fender De-Luxe et différents modèles de Fender Twin. Parfois un Vibrasonic. Les premiers temps, je les transportais moi-même, mais ensuite une compagnie s’en est chargé. Elle livre des caisses remplies de guitares et d’amplis« .

Les effets de JAMES BURTON, influenceur et génie de la guitare

Le son en vidéos de JAMES BURTON, influenceur et génie de la guitare

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.