CURTIS MAYFIELD, La funk du Black Power

Son jeu de guitare, son chant et son écriture sociale ont influencé un éventail d'artistes, dont Jimi Hendrix, Bob Marley, Tracy Chapman, Sly Stone, Marvin Gaye, Stevie Wonder et Sinead O'Connor. Curtis Mayfield a créé les hymnes des grands mouvements sociaux des années 70 et 80 avec une funk impressionnante de maîtrise. Chanteur, auteur, producteur, compositeur de soul, funk, R&B, il est un artiste complet aux multiples talents.

Naissance d'un grand musicien

Curtis Lee Mayfield nait le 3 juin 1942 à Chicago dans une famille de 5 enfants. Son père quitte la famille lorsque Curtis a à peine 5 ans. C'est donc sa mère qui lui apprend le piano et, en autodidacte, il s'exerce sur la basse, le saxo et la batterie également.

Il débute dans une chorale de gospel. Il obtient sa première guitare à 10 ans et prend l'habitude de dormir avec. Mayfield apprend lui-même à jouer de la guitare, en l'accordant sur les touches noires du piano, donnant à la guitare un accordage F# ouvert qu'il utilise tout au long de sa carrière. Il chante principalement dans le registre de fausset, ajoutant une nouvelle saveur à sa musique. Le jeu de rythme de Mayfield est souvent assez ouvert, avec les cordes qui sonnent de manière serrée généralement associée au funk. D'autres fois, il utilise des mandrins plus étouffés pour des accents plus rythmiques. Il est principalement influencé par Muddy Waters et Adres Segovia.

Une carrière talentueuse et sociale

Il forme The Roosters en 1956 avec Jerry Butler, Sam Gooden, Richard et Arthur Brooks. En 1958, le groupe devient The Impressions et c’est à que le succès arrive. Les principaux titres du groupe sont « For Your Precious Love » et « Gipsy Woman ». Après le départ de Butler et l’arrivée de Fred Cash, Curtis devient le chanteur principal et compose fréquemment pour le groupe. Jerry Butler explique : " Il adorait jouer au boogie-woogie au piano, et il a appris à jouer cela en F #, ce qui signifiait qu'il jouait sur toutes les touches noires. C'est ainsi qu'il a créé ce son unique sur sa guitare, car il l'a réglé de la même manière ".

En 1963, il signe le morceau phare de la b.o. du film « Le Lys Des Champs » avec Sydney Poitier.

Sa grande popularité vient des titres « We’re A Winner » qui devient l’hymne du Black Power et « Keep On Pushing » celui du Mouvement des Droits Civiques aux Etats-Unis. Il explique : " Avec tout ce que j'ai vu dans les rues en tant que jeune enfant noir, ce n'était pas difficile au cours des années cinquante et soixante plus tard pour moi d'écrire ma façon sincère de voir comment je visualisais les choses, comment je pensais que les choses devraient être ".

Les droits sociaux comme inspiration musicale

Il est le premier afro-américain à introduire des commentaires à caractère social dans ses chansons. Cette musique devient très populaire pendant cette période de difficultés sociales des années  1960 et 1970. Mayfield, avec plusieurs autres musiciens de soul et de funk, diffuse des messages d'espoir face à l'oppression, la fierté d'être membre de la race noire et donne du courage à une génération de personnes qui revendiquent leurs droits. Il est une voix pionnière dans le mouvement avec James Brown et Sly Stone.

En 1970, Curtis quitte le groupe et commence sa carrière solo sous le label indépendant Curtom Records. L'apogée de sa carrière arrive en 1972 avec l’album « Superfly » de la b.o. du film du même titre. Les paroles sont très engagées, elles évoquent la politique du gouvernement envers la communauté noire, l’état des ghettos. Cette musique devient l’étendard d’une nouvelle conscience sociale et celui du nouveau style funky. A ce sujet, Rolling Stone dit : « le message anti-drogue de Mayfield est bien plus fort en réalité que le film lui-même ». Cette b.o. s'est vendue à plus de 12 millions d'exemplaires.

Du travail malgré des problèmes de santé

Mayfield produit plusieurs albums dans le même style, écrivant et produisant des dizaines de hits pour de nombreux autres artistes tels que Gladys Knight & the Pips, Aretha Franklin, The Staple Singers et Mavis Staples entre autres. Il reste très actif dans les années 1970 et 1980.

Le 14 août 1990 pendant un concert à Brooklyn, un projecteur lui tombe dessus et le laisse paralysé. Il ne peut plus jouer de guitare mais continue à écrire et à chanter. La voix de Mayfield est enregistrée, généralement ligne par ligne, alors qu'il est allongé sur le dos.

En 1998, il est amputé d’une jambe pour cause de diabète et son état s’aggravant, il décède le 26 décembre 1999 en Géorgie.

Son engagement politique, sa musique, son travail sont reconnus pour leur influence sur le rap et le funk des années 80.

Le journal Le Monde parle de son chant en termes plus qu'élogieux : « Le falsetto princier de Curtis Mayfield ».

Une pluie de récompenses

Il enregistre 21 albums entre 1970 et 1996 et l'on dit qu'il a 140 chansons dans les coffres de Curtom.

En 1965, il écrit " People Get Ready " pour The Impressions, qui montre une écriture plus chargée politiquement. Classée au n° 24 sur les 500 plus grandes chansons de tous les temps d'après le Rolling Stone, la chanson reçoit de nombreux autres prix et est incluse dans le Rock and Roll Hall of Fame des 500 chansons qui ont façonné le rock and roll. Elle est également intronisée au Grammy Hall of Fame en 1998. L'album est classé n° 72 sur la liste des 500 plus grands albums de tous les temps de Rolling Stone.

En 1972, l'Académie française de jazz décerne au premier album solo de Mayfied " Curtis " le Prix Otis Redding du meilleur disque R&B.

Mayfield remporte un Grammy Legend Award en 1994 et un Grammy Lifetime Achievement Award en 1995. Il est doublement intronisé au Rock and Roll Hall of Fame , en tant que membre de The Impressions en 1991 et en 1999 en tant qu'artiste solo.

En 1999, Mayfield est intronisé au Temple de la renommée des auteurs - compositeurs. Et, en 2003, il est aussi intronisé en tant que membre de The Impressions, à titre posthume, au Temple de la renommée du groupe vocal .

Ses admirateurs, parmi lesquels Eric Clapton, Bruce Springsteen, Elton John, Stevie Wonder et Phil Collins lui rendent hommage en 1994 en reprenant ses principales compositions sur un recueil intitulé " All Men Are Brothers : A Tribute to Curtis Mayfield ".

Suivez Sounds-Finder dans l'analyse du matos de ce combattant si récompensé.

Les guitares de CURTIS MAYFIELD

Curtis aime particulièrement les Fender Stratocaster des années 70

La Telecaster Thinline est utilisée par Curtis Mayfield au début des années 70. Il joue sur un modèle de 1969 et contribue grandement à populariser cette version de la Telecaster que Leo Fender crée en 1968.

Les amplis de CURTIS MAYFIELD

On lui connait l’utilisation d’ampli Fender Twin

Les effets de CURTIS MAYFIELD

Evidemment, pour jouer de la soul et de la funk, il faut une pédale Wah.

Le son en vidéos de CURTIS MAYFIELD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.