RICHARD THOMPSON, le pionnier du folk rock

Les signatures de RICHARD THOMPSON

La Richard Thompson Signature - lowdenguitars
Pour avoir le son de Richard Thompson, munissez-vous de la Lowden Signature !

Les guitares de RICHARD THOMPSON

Richard Thompson joue avec plusieurs Fender Stratocaster. Il raconte : « Quand j’ai commencé à jouer sur Fender en 1968, ce n’était pas à la mode parce que tout le monde en Angleterre jouait sur Gibson et essayait d’obtenir un gros son comme Eric Clapton dans Cream. Je voulais juste un peu plus de morsure« .

Il joue également avec une Gibson Les Paul montée avec des micros P-90.
Dans sa panoplie, Richard compte 2 Stratocasters construites par Danny Ferrington et diverses Telecasters.
Thompson se sert aussi d’une Danelectro U2.

Concernant ses acoustiques, Richard joue avec une Lowden signature, une Martin 000-18 et une créee par Danny Ferrington. Ces dernières sont équipées de micros Sunrise et d’un microphone à condensateur interne.

Les effets de RICHARD THOMPSON

Concernant ses effets, on sait que Thompson joue avec une pédale de delay et une Uni-Vibe.

Cet auteur, compositeur, interprète et guitariste folk a influencé les plus grands. David Byrne, Elvis Costello, Robert Plant, REM, comme bien d'autres ont rencontré le succès avec des reprises de Thompson. Son style dépouillé et sensible, influencé par le jazz et le rock n’roll l'a mené au plus haut du talent guitaristique.

Maintenant que vous avez vu le matériel dont se sert ce guitar-hero, Sounds-Finder vous suggère de découvrir son parcours.

Le succès rapide

Richard Thompson nait le 3 avril 1949 à Notting Hill, en Angleterre. Son père est détective et guitariste amateur. Richard puise son inspiration dans le jazz et le rock des disques de ce dernier et de sa soeur. Ces musiques sont celles de Buddy Holly, Jerry Lee Lewis, Louis Armstrong et Duke Ellington entre autres. Il entre dans un groupe d’étudiants, Emil And The Detectives, pour commencer la musique.

Sa carrière professionnelle débute en 1967 avec le groupe Fairport Convention, pionnier du folk rock. Ils enregistrent ensemble 5 albums  où Richard s’affirme comme un guitariste d’exception et un grand compositeur.

Il quitte le groupe en 1971 et publie son premier album solo « Henry The Human Fly » qui est peu considéré à l’époque mais devenu un classique depuis. Dans les années 70, il forme un duo avec Linda Peters mais continue en solo après leur divorce. De 1973 à 1979, il publie 6 albums.

Les années 80

En 1981, Richard sort son nouvel album solo instrumental « Strict Tempo ». L'année suivante sort celui du duo « Shout Out The Lights ». Cet opus rencontre un grand succès critique et commercial et entre dans le top ten records de la décennie par le Rolling Stone.

En 1983, Thompson retourne en studio pour la sortie de « Hand Of Kindness ». Deux ans après, c'est au tour de « Across A Crowned Room » de paraitre. A partir de 1986 se crée une longue association entre Richard et Mitchell Froom, producteur et ami.

A la fin de la décennie, Thompson écrit et enregistre pour le cinéma et la télévision. Il publie également 2 albums avec John French, Fred Frith et Henry Kaiser.

Les années 90

Ces années sont tellement riches en activité de Thompson qu'il est impossible de toutes les lister. Il sort l'album « Sweet Talker » en 1990. Puis, un an après, il publie « Rumor And Sight », son album le plus vendu. Il participe également au concert Great Guitar sur invitation de Bob Dylan.

En 1993, son triple album « Watching The Dark » parait. Cet opus est suivi, l'année suivante, de « Mirror Blue » et en 1996, de son double album « You ?Me ?Us ? », comportant une partie électrique et une acoustique.

Les années 2000 et 2010

Ces années sont elles aussi extrêmement occupées pour Thompson. Il les commence, en 2002, en créant son site internet officiel suivi l'année suivante par la sortie de l'album « The Old Kit Bag ». En 2004, c'est la B.O. de « Grizzly Man » qui parait, suivie d'un nouvel album. Il enchaine avec une tournée anglaise en 2006 et une autre mondiale un an après.

En 2010, Richard fonde un nouveau groupe avec Pete Zom, Michael Jerome, Taras Prodaniuk et Joel Zifkin. Il réalise aussi plusieurs concerts et sort l'album « Dream Attic ». Trois ans plus tard parait « Electric » et Thompson poursuit avec une tournée en Power Trio. En 2014, il publie « Acoustic Classics » suivi, un an après, de « Still ».

Un travail acharné qui rapporte

Richard Thompson en chiffre, c'est plus de 40 albums dont 22 en solo, de nombreuses B.O. de films et documentaires et des pluies de récompenses. Parmi ces dernières, on retrouve, le prix Orville H. Gibson du meilleur joueur de guitare acoustique en 1997. Puis, en 2006, des mains de Mark Knopfler lui-même, il reçoit un Lifetime Achievement Award. En 2010, il est nommé par la reine Officier de l’Ordre de l’Empire Britannique pour services rendus à la musique.

Le 10 juin 2010, Thompson reçoit le Mojo Les Paul Award par Guitar Legend. L'année suivante, son single « Dad’s Gonna Kill Me » est utilisé pour la série « Sons Of Anarchy ». Toujours en 2011, l'album « Dream Attic » est retenu aux Grammy Awards. Il est aussi classé à la 19° place des 100 plus grands guitaristes de tous les temps par Rolling Stone.

Le critique musical Neil McCormick décrit Thompson comme "un guitariste virtuose polyvalent et un auteur-compositeur-interprète d'observation pointu dont le travail brûle d'intelligence et d'émotion sombre". Joe Boyd, quant à lui, déclare : "Il peut imiter presque tous les styles, et le fait souvent, mais il est instantanément identifiable. Dans son jeu, on entend l'évocation du bourdon du joueur de cornemuse écossais et la mélodie du chanteur ainsi que les échos des guitares de Barney Kessel et James Burton et du piano de Jerry Lee Lewis".

Une technique pas si simple

Thompson utilise la technique du "médiator et des doigts" (parfois appelée " picking hybride ") où il joue des notes de basse et de rythme avec un médiator entre son index et son pouce et ajoute de la mélodie et de la ponctuation en pinçant les cordes aiguës. Il utilise également différents accords de guitare, tels que CGDGBE (bas à aigu) , DADGBE , DADGAD , etc. Cela lui permet d'adapter des chansons traditionnelles, comme sur "Strict Tempo!" et "1000 ans de musique populaire". Thompson utilise occasionnellement un médiator, jouant au fingerstyle, l'exemple le plus notable étant sur "1952 Vincent Black Lightning".

Le son en vidéos de RICHARD THOMPSON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.