GEORGE HARRISON en solo

La fin des Beatles

Comme nous l’avons vu dans la première partie de notre article sur George Harrison, les ombres de John Lennon et Paul Mc Cartney pèsent trop lourd sur lui. Il commence sa carrière solo avant la fin des Beatles avec deux albums « Wonderwall Music » en 1968 et « Electronic Sound » l’année suivante. Cependant, ces opus ne rencontrent pas le succès critique ni commercial espéré. Cette anée là, il utilise le pseudo « L’Angelo Mysterioso » pour figurer sur l’enregistrement du morceau « Badge » d’Eric Clapton.

Le triple album « All Things Must Pass » est un grand succès et George déclare alors : « Je me suis senti comme un homme constipé pendant des années, et qui aurait subitement eu la diarrhée ». Ceci en référence à la période des Beatles où il n’arrivait pas à faire publier ses compos, où il ne se faisait pas remarquer comme il le souhaitait. La chanson « My Sweet Lord » fait un carton et est vendue par millions d’exemplaires. Elle reste un morceau majeur des années 70, historique et intemporelle.

Quand le succès personnel est enfin là

Harrison organise le premier concert de bienfaisance rock de l’histoire pour le Bengladesh. Il participe à l’album de Lennon « Imagine » dans un morceau chargeant explicitement Paul Mc Cartney et à celui de Ringo Starr, « Ringo ». Son second album solo « Living In The Material World » est un bon succès également.

En 74, il lance son propre label du même nom que son dernier album « Dark Horse ». Ce dernier connait un échec commercial tout comme sa tournée américaine qui suit. Ses opus suivants connaitront le même sort. En outre, sa femme le quitte pour celui qui restera son ami, Eric Clapton. De ce fait, il se consacre à son autobiographie. Mais, il ne nomme jamais Lennon ce qui le vexe et entraine un désaccord entre eux. Ce dernier est assassiné en 1980 et Harrison s’en veut car ils n’ont pas eu le temps de se réconcilier.

Ses albums « Somewhere in England » et « Gone Troppo » sont de gros échecs critiques et commerciaux, alors il se tourne sur d’autres projets. Il fonde une boite de production « HandMade Films » qui produit un film des Monty Python dans lequel il apparait. Cependant, son dernier album studio « Cloud Nine » retrouve le chemin du succès après 5 ans de featurings et de projets divers.

En 1988 où il créé le supergroupe « Traveling Wilburys » qui produit 2 albums avec Roy Orbison, Tom Petty, Jeff Lynne et Bob Dylan.

Déclin d’un mythe

Les années 90 ne le voient que très peu. Il participe au projet « Anthology » des Beatles. Il travaille épisodiquement sur l’album « Brainwashed » qui sera publié posthume, en 2002. George apprend son cancer de la gorge en 1997 qu’il déclare guéri en 98. L’année suivante, une tentative d’assassinat dans sa maison le laisse avec 40 coups de couteau. A nouveau en 2001, Harrison est opéré d’une tumeur aux poumons où il apprend avoir plusieurs métastases dont la tumeur au cerveau qui l’emportera.

Il décède le 29 novembre 2001 à Los Angeles à 58 ans. Paul McCartney s’est déclaré « effondré et très très triste » après l’annonce de la mort de son ami d’enfance. « Nous savions qu’il était malade depuis longtemps. C’était un gars adorable et un homme très courageux doté d’un fantastique sens de l’humour. C’était tout simplement mon petit frère« , a-t-il ajouté.

Les guitares de GEORGE HARRISON en solo

La carrière extraordinaire de George Harrison l’a amené à utiliser beaucoup de guitares. Nous en avons vu une grande partie dans le premier article sur ce personnage étonnant. Voyons maintenant quelles sont les autres grattes qui ont compté pour lui:

  – 1958 Hofner President Acoustic Archtop,

  – Gibson ES-345 Electric Guitar,

  – Ramirez 1A,

  – Rickenbacker 425,

  – Guild Red Special,

  – Egmond Toledo,

  – Höfner Club 40,

  – Gretsch G6131T Jet,

  – 1964 Gibson ES-345TD,

  – Rickenbacker 330 12-String Electric Guitar,

  – Watkins Rapier 33,

  – 1965 Epiphone Casino,

  – Martin D-35S,

Zemaitis Heart Hole Acoustic Guitar,

  – Vox Kensington Guitar,

  – Rickenbacker 360/12 (Duplicate),

  – Squier Stratocaster,

  – Fender Stratocaster Sunburst,

  – Fender Telecaster,

  – Harptone 12-String Acoustic Guitar,

  – Gretsch TW300,

  – 1965 Rickenbacker 360-12,

  – Maton MS500,

  – Sears Silvertone Danelectro,

  – Washburn EA 20 Festival 1987 White

Les amplis de GEORGE HARRISON en solo

Georges Harrison joue sur des amplis Vox UL 730, des Vox AC 30 et des Fender Double Reverb Silverface

Les effets de GEORGE HARRISON en solo

George Harrison joue avec une Vox Grey Wah

Le son en vidéos de GEORGE HARRISON en solo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.