Billy Gibbons, le grand barbu au cœur tendre

Tous ceux qui le connaissent s’accordent à dire que le jeu de guitare de Billy Gibbons est le reflet exact de sa personnalité. Et l’on ne peut être que de cet avis à l’écoute du son de ZZ Top. Nous pouvons y  ressentir une certaine sensibilité au-delà du lourd qu’ils envoient.  Tout ceci s’explique facilement par le fait que le jeu de Billy Gibbons est un savant mélange entre l’esprit des traditions et les techniques nouvelles. Voilà aussi pourquoi ZZ Top peut se targuer de sons traditionnels texans saupoudrés de sauces piquantes modernes, si l’on peut les décrire ainsi.

Les débuts de Billy Gibbons

Même le grand Jimi Hendrix  loue le talent de Billy Gibbons. Du coup, il l’engage pour faire ses premières parties en 1960. Et lui offre une Stratocaster rose  en guise de reconnaissance pour son génie. Si l’on se penche sur son parcours, on peut facilement affirmer que c’est un artiste que l’on peut qualifier de stable, et la raison en est simple : il lui a fallu passer par deux groupes avant de s’établir en tant que membre fondateur de ZZ Top. Et ce groupe est toujours debout et en pleine effervescence ! Il passe donc de son premier groupe, les Moving Sidewalks, à son deuxième qui se nomme 11th Elevator, pour enfin arriver à celui de ZZ Top. Le groupe se forme après sa rencontre avec les deux autres membres du groupe : Frank Beard, le batteur et Dusty Hill, le bassiste.

Son style

Il puise son style d’abord dans le blues, le Delta Blues pour être plus précis. Le rock aussi, un brin psychédélique. Et n’oublions pas bien sûr le blues texan. C’est ainsi donc qu’est née la signature aux rythmiques saccadées et les solos parfaitement exécutés de Billy Gibbons. Et en ce qui concerne ZZ Top, on les reconnait facilement à l’apparence de ses membres et par leur sonorité. Cette dernière est percutante, folklorique mais aussi assaisonnée d’un peu de roots. Couleur qui est choisie en faveur des penchants secrets de Billy pour le ska. Ce trio composé de membres au look insolite est en fait à l’origine d’un son dynamique qui est d’une cohérence presque maniaque.

Au-delà de la barbe de Billy Gibbons

Au-delà de cette dégaine de motard un peu revêche, Billy Gibbons cache en fait une personnalité un peu mystérieuse. Il préfère garder le secret de ses sons sur scène comme en studio. Il évite toujours soigneusement de donner des détails sur ses techniques de réglage et de jeu. On le voit souvent radoter allègrement tout en détournant la discussion par des pirouettes du style : «  je joue avec une pièce de monnaie » ou encore « je pousse dix amplis dans une petite pièce avec un unique micro au milieu, et place de faux amplis Orange sur scène alors qu’en secret, deux Marshall JMP-1 planqués sur le côté de la scène sont bien fonctionnels… ». Et le truc c’est qu’il est quasiment impossible de discerner le vrai du faux dans tous ses discours.

Les seules vérités qu’on puisse apporter sont que Billy Gibbons est un fan inconditionnel de Les Paul Standard. Et aussi que c’est un incroyable guitariste. Le magazine Rolling Stone est du même avis puisqu’il est 32e à son classement des plus grands guitaristes de tous les temps. Malgré tout, on a réussi à déterrer quelques-uns de ses secrets de sons gardés jalousement. Nous vous proposons donc maintenant un petit tour du côté de sa boîte à outils.

Les guitares de Billy Gibbons, le grand barbu au cœur tendre

Outre de par son look insolite de motard se faisant pousser abondamment la barbe, Billy Gibbons est aussi connu pour son énorme collection de guitares. D’après son technicien son, cette collection comporte à vue environ 450 guitares. Mais on est sûrement encore loin du compte.

On le sait très fan du modèle « Pearly Gates » 1959 de Gibson Les Paul pour l’avoir souvent vu avec, accompagné par un ampli Marshall 100w. Mais il affectionne également les séries Gold-top Les Pauls car il en utilise quelques-uns  souvent y compris celui qu’il a rayé et vieilli lui-même. Mais il utilise également quelques guitares personnalisées Jim Bolin, ainsi que des Fender. Voici donc les guitares électriques les plus utilisées par Billy :

  • Gibson Melody Maker 1962: la première guitare de Billy, cadeau de Noël de ses 13 ans. Il en a une réplique avec un design à rayures surnommée  « Mojo Maker« , qu’il utilise en live.
  • Gibson Les Paul Standard “Pearly Gates” 1959 : surnommée également « le Saint Graal”, cette guitare fut la première Les Paul de Billy qu’il acquiert par un rancher qui vit à Downey, au Texas. Ce dernier lui a vendue pour 250 $. Cette guitare est encore dans son état d’origine. Billy refuse catégoriquement de la vendre malgré qu’on lui en ait offert 5 millions de dollars en échange. Ces dernières années il a tendance à utiliser la réplique de magasin personnalisée lors des concerts afin de garder les Pearly Gates d’origine en toute sécurité.
  • Gibson Les Paul Gold-top : il en possède pas mal mais celui qui se distingue est une Les Paul « custom made pinstriped ». Toute la customisation, incluant le vieillissement et le déchiquetage, est effectué par Billy lui-même. Toute une ligne de guitares produites en 2012 par Gibson est basée sur celle-ci.
  • Gibson SG 1961: utilisée sur l’album « La Futura » de ZZ Top sortie en 2012.
  • Gretsch Jupiter Thunderbird: offerte à Billy par  Bo Diddley. Il a commencé à s’en servir sur l’album « Mescalero« , en 2003. Ce qui a inspiré Gretsch pour produire un modèle de signature nommé Gretsch Billy-Bo Jupiter Thunderbird. Billy porte généralement trois guitares différentes de Billy-Bo sur les tournées: une blanche, une rouge et une noire.
  • Bolin Billy-Bo Pro: qui est une nouvelle guitare Billy Bo construite par John Bolin à partir de guitares Bolin. Contrairement aux anciennes Billy Bo, celle-ci possède un corps légèrement plus petit et comporte une seule TV Jones Pickup.
  • Gibson Flying V1958 : on la voit sur la couverture de l’album « Fandango! » et Billy l’a supposément utilisée sur « Thunderbird« .
  • Fender Stratocaster 1955: Billy en a utilisé une à manche dur sur l’enregistrement de « La Grange« .
  • Fender Telecaster 1952 : jouée sur « Jesus Just Left Chicago » de l’album « Tres Hombres« . Billy en possède une avec un corps crème, style Telecaster avec pickguard noir.
  • Fender Esquire 1963: c’était un Esquire blanc avec les trottoirs en mouvement mais influencé par Hendrix, Billy a décidé de passer à un Stratocaster.
  • John Bolin Supermodel Esquire(s) : Il s’agit d’une guitare fabriquée à la main par John Bolin. Elle comporte un cou d’érable, en forme de cône, des frettes d’or, un seul pickup à double bobine Custom Shop dans le pont et le corps en cendres Swamp Ash. Billy a été vu en possession de deux supermodels différents. Ils semblent semblables à première vue, avec un corps coloré et une cavité de levage de pont exposée. Les différences les plus remarquables se situent entre l’angle du levage du pont et l’orientation de la poupée (certains modèles ont un col à la main).
  • John Bolin Broadcaster : Une autre guitare personnalisée, construite par J. Bolin. Celle-ci dispose d’un pick-up Cream T (Billy F Gibbons Banger Series), d’un pont à haute charge et d’un corps en chambre et d’un pickguard Jimmy Reed.
  • Gibson Explorer 1983 : Cette guitare est une Gibson Explorer modifiée, transformée par le luthier / fourreur Matthew Klein comporte une fourrure sur le corps (laine de mouton de Nouvelle-Zélande), des frettes et des mécaniques plaquées or. Il aime utiliser cette guitare en live pour la chanson « Legs ».
  • Bolin/Gretsch Bo Diddley : construite par John Bolin, elle présente le design classique d’une Gretsch Bo Diddley, avec un corps de chambre recouvert de peau de mouton néo-zélandaise et une seule TV Jones Pickup en position de pont.

 

Les amplis de Billy Gibbons, le grand barbu au cœur tendre

1968 Marshall Super Lead 100W : l’ampli le plus utilisé dans la panoplie de Billy Gibbons. Et d’ailleurs, il dit lui-même que l’ampli en question a joué un grand rôle dans le développement du son ZZ-top.
– Récemment, Billy utilise deux préamplis JMP-1 avec le mod Voodoo, un pour la disto, et l’autre pour le son clean à des fins d’enregistrement. Ce JMP principal est combiné avec un Marshall Valvestate Pro 120/120.
Marshall JCM 900 Dual Reverb
Marshall Bluesbreaker
JTM45 Major et Lead 12
Fender Dual Professionals : Billy en possède un certain nombre qui auparavant s’appelaient Fender Super en 1947.
Fender Bassman
Fender Tweed Deluxe.
Pour les cabinets, Billy utilise actuellement des boîtes ISO Demeter emballant des Eminence Red Coat « The Governor ». Avant, il utilisait des cabinets Marshall 1960 AX et BX avec des haut-parleurs Celestion Greenback.

Les effets de Billy Gibbons, le grand barbu au cœur tendre

En ce qui concerne les effets, Billy Gibbons a su évoluer avec le temps. Au début de sa carrière, il a surtout penché pour l’association de la distorsion avec des amplis et toutes sortes de pédales de saturation pour réussir à avoir cette espèce de son grave qui donne l’illusion que les amplis vont exploser. Mais avec le temps, il dévie vers un matériel qui permet de modifier les fréquences. Voilà pourquoi on retrouve autant de variétés dans sa panoplie :

  • Austone Textone Fuzz Nutzic’est l’un des premiers pédaliers d’effets utilisé par Billy soulignant vraiment son ascendance Hendrixienne. Cet effet est celui à qui l’on doit cette tonalité particulière des riffs de ZZ-Top.
  • SIB Varidrive : toujours dans le désir d’avoir un son overdrive poussé à l’extrême, cet effet figure parmi les pédales que Billy utilise sur scène. Le matériel est connu pour être une pédale d’assaut des sons lourds et une bête d’overdrive, ce qui explique le choix de Gibbons.
  • Colorsound Wah-Swell : qui est la meilleure pédale de fuzz jamais réalisée d’où l’intérêt de Billy pour elle. Elle produit ce son impressionnant et propre que l’on reconnait souvent chez Billy.
  • Bizzarktone Ring Modulator : est un modulateur de bague qui est une création faite spécialement par un ami pour Billy. Il fonctionne en coupant direct la tonalité d’un passage tonique d’un son à la manière d’un couteau santoku.
  • Tubeworks Real Tube
  • ZVex Super Hard-on : présentée avec de l’art sérigraphié, cette pédale est le reflet un peu hippie de Billy Gibbons. C’est un booster ultra-transparent et avec ses 5 boutons, elle est plus qu’une pédale de fuzz. L’anecdote qui accompagne cet effet est que Billy Gibbons en a acheté une douzaine pour les offrir en cadeaux de Noël.
  • Bixonic Expandora Overdrive : dans la config. de son de Billy Gibbons, on ne voit pas moins de 6 de ces petits bijoux de distorsion. Il les utilise généralement pour avoir cette espèce d’overdrive désordonné qu’on lui connait.
  • Dearmond Tremolo Control : Billy se souvient de la première fois qu’il a entendu cet effet et de ce son qu’il qualifie de magique. Il apprécie surtout le rendu de son trémolo.
  • Gibson Maestro Fuzz-Tone : toujours fidèle à ce style vintage qui le caractérise, Billy n’hésite pas à utiliser cet effet qui est considéré comme la première pédale fuzz que l’histoire ait connu.
  • Dallas RangemasterAvec sa particularité d’amplifier le signal de façon transparente, sans ajouter de caractéristiques inutiles de couleur, d’harmonie ou de distorsion, Billy qui est tout aussi maniaque dans ses techniques que dans ses sons a choisi cet ampli pour ces points-là.
  • Foxx Tone Machines : utilisé pour le son wah dans le titre « Dusted« .
  • Blackstone Appliances : que Billy a surtout utilisé pour l’enregistrement de l’album « Futura« .
  • Metasonix Agonizer : un de ses effets préférés.
  • Chandler Tube Driver : qui figure parmi les pédales d’overdrive que Billy utilise fréquemment.
  • Devi Ever Effects : encore une autre pédale vintage de Billy Gibbons.
  • AnalogMan effects : qui est un effet utile surtout pour les tons rock plus classiques de ZZ Top. Billy en a commandé 4 aux concepteurs après avoir acheté, essayé et apprécié plusieurs pédales du modèle NKT Sunfaces. 
  • Black Cat Overdrive : qui est un effet d’une marque dont Billy Gibbons est fan.
  • Marshall Supa Fuzz : étant un très grand fan de ce pédalier d’effets avec un son très proche de son cousin Tonebender MKII que Billy aime aussi, il est normal que ce dernier figure dans sa panoplie.
  • Gooby Bag of Dicks : c’est un effet qui a été inspiré du Jordan Boss Tone de la fin des années 60. Billy l’a choisi pour sa propriété d’être une pédale expressive et dynamique.
  • MXR Bass Octave Deluxe : qui est une des récentes acquisitions de Billy Gibbons pour la mise à jour de ses boucles d’effets.

Les racks d’effets :

 

Tous à vos guitares, amplis et effets maintenant alors !

Le son en vidéos de Billy Gibbons, le grand barbu au cœur tendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.